Ne ramassons pas les oisillons tombés du nid !

Ne ramassons pas les oisillons tombés du nid !

  • Posté Mar 08, 2016
  • Par
  • Commentaires 0

chouette

Tout au long du printemps et de l’été, il n’est pas rare qu’un oisillon un peu trop téméraire tombe du nid. S’il est tentant de venir en aide à ces petits êtres sans défense, la LPO nous rappelle qu’il est fortement déconseillé d’y toucher, sauf dans quelques cas rares. Le point sur la conduite à tenir pour protéger les oiseaux de nos campagnes.

Un petit oiseau qui ne sait pas voler et qui pousse des petits cris plaintifs attire inévitablement la compassion des promeneurs et des propriétaires de jardins. Mais s’ils semblent abandonnés, ces oisillons ne sont généralement pas en danger pour autant : leurs parents sont simplement partis chercher de la nourriture et ils reviendront vite pour les nourrir et leur apprendre à voler de leurs propres ailes… La meilleure chose à faire est donc de ne pas les toucher et de les laisser attendre patiemment le retour de leurs parents… En revanche, si l’oisillon est situé à proximité d’une source avérée de danger, comme une route ou un prédateur, la LPO recommande de le mettre en sûreté en hauteur, sur une branche, un muret ou un buisson, juste à côté de l’endroit où il a été trouvé. Seuls les touts petits oiseaux en duvet peuvent être replacés directement dans leur nid si celui-ci est intact et s’il peut être identifié sans hésitation. Dans tous les cas, il est hors de question de rapporter l’oisillon chez soi, ce qui serait totalement illégal. S’il est blessé, la seule chose à faire est de contacter le Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage le plus proche (coordonnées sur www.lpo.fr/oiseaux-en-detresse/centres-de-sauvegarde).

Comment faciliter la nidification des oiseaux ?

Ne pas tailler les haies et les arbres en saison de nidification, qui dure de mars à août : cela pourrait déranger les couples en cours d’installation. Reporter ses travaux à l’automne suivant ou, si cela n’est pas possible, procéder à une taille douce en surface des arbres avec un taille-haie mécanique ou un sécateur (le bruit des appareils électriques pourrait faire peur aux oiseaux !).
Observer son jardin et surveiller ses aménagements : par exemple, penser à vérifier régulièrement les nichoirs en bois (fixation, bonne tenue), lesquels peuvent être fragilisés par les aléas climatiques et causer des accidents.
Installer des nichoirs. La nichée d’un couple sera un spectacle saisissant tous les jours !
Obturer les cavités pièges : de nombreuses espèces qui cherchent des cavités pour nicher peuvent pénétrer ou tomber dans des cheminées ou des gouttières sans pouvoir en ressortir seuls. Elles sont alors condamnées à mort de faim ou d’épuisement… Pour éviter cela, l’accès à ces ouvertures peut être facilement obturé grâce à des grilles !

Crédit photo : Christine Kritstof