Lectures de printemps

Lectures de printemps

Je vois des jardins partout, Didier Decoin, ed. JC Lattès

« A l’instar de la Manière de visiter les jardins de Versailles (seul ouvrage qu’écrivit jamais Louis XIV), Je vois des jardins partout est une sorte de manière de visiter les jardins de ma vie. Ceux que j’ai possédés, et ceux des autres, publics ou privés, que j’ai arpentés. En me penchant sur tous ces jardins, c’est aussi sur mon passé que je me penche, et si je vois des jardins partout, c’est que les jardins ont été, quantitativement et qualitativement, le paysage le plus récurrent et le plus constant de mon existence. En ce sens, ce livre est peut-être une autobiographie déguisée ? » Didier Decoin

La taille de transparence, Dominique Cousin, ed. Ulmer

Tailler les arbres et les arbustes est un vrai casse-tête pour la plupart d’entre nous. Dominique Cousin nous montre une méthode simple, la «taille de transparence», mise au point par feue la Princesse Greta Sturdza, qu’il applique au quotidien sur les arbres et arbustes du célèbre jardin du Vasterival, en Haute-Normandie. Respectueuse des plantes, cette méthode de taille permet de mettre en valeur leur silhouette et leurs atours (floraison, feuillage, etc.) et autorise la cohabitation d nombreuses plantes au même endroit, pour multiplier les effets au fil des saisons.

Le jardin, Jean Pruvost, ed. Honoré Champion

Paradisus, c’est la traduction qu’en offre R. Estienne en 1539 avant d’évoquer le jardin à herbes et à violettes. En 1571, De La Porte insiste : qu’il soit récréatif, potager, médicinal ou rapporte-fruit, le jardin est heureux, propice à « une joie extrême » devant un œillet bigarré, mais aussi « de grand secours aux pauvres », ajoute en 1685, Rochefort, précisant qu’Alexandre le Grand fit Roi de Sydon son jardinier. Citations et proverbes abondent : que signifie faire comme le chien du jardinier » ? Que sont les jardins de la mer de glace ? Peut-on jardiner les oiseaux sur des billots ? Quel rapport étymologique existe-t-il entre hortillon, jardin et garder ? Jardins de curé, d’ouvrier, de case, ou bien d’Adonis, de l’Académie, d’Épicure, etc.,

Création de jardins d’inspiration japonaise, Marie-France Mainil – ed. Eyrolles

Choix des végétaux, rôle de l’eau et des minéraux. Paysagiste belge, imprégnée et influencée par la philosophie qui sous-tend l’art japonais du jardin, Marie-France Mainil fait le bilan de presque dix années de réalisation de projets dans ce domaine. Comment appréhender cet art si étranger à notre culture, comment l’exploiter au mieux et le décliner pour en faire le pilier d’une architecture étonnamment moderne ? La première partie de l’ouvrage présente les concepts de l’art japonais du jardin tout en exposant la meilleure façon de les détourner, pour créer en fin de compte des jardins très actuels, répondant pleinement aux attentes contemporaines.

Histoire des jardins botaniques, entre science et art paysager, Yves-Marie Allain, ed. Quae

Depuis leur création progressive à partir du XVIe siècle, d’abord en Europe puis sur les autres continents, l’ouvrage retrace l’origine des jardins botaniques et l’histoire de leur dessin. Illustré de gravures anciennes et de photos couleurs, il montre l’évolution des fonctions du jardin botanique à travers les époques. Il met en lumière l’originalité de chacun des plus grands jardins botaniques européens. Sont également évoquées des missions mal connues comme les graineteries et leurs échanges internationaux, l’étiquetage des plantes, les herbiers…

La vie d’un potager – du jardin à la table, Carole Reid-Gaillard, ed. Sud-Ouest

Carol Reid-Gaillard a décidé, en 2006, de faire de son potager le centre de sa vie, et nous raconte dans ce journal de bord sa vie en osmose avec la terre. Espoirs, surprises et désillusions y sont décrits avec beaucoup d’humour. Le jardinier, le cuisinier et l’amateur de récits de vie y trouveront aussi des techniques et des conseils de culture, des recettes, des encadrés pratiques et des portraits de producteurs locaux.