Lexique écologique

Lexique écologique

LIN2

Ce petit « lexique écologique » ne prétend pas être exhaustif mais seulement apporter quelques précisions sur des termes que nous rencontrons fréquemment sans pouvoir leur donner un sens exact. Classé alphabétiquement, il nous permettra de découvrir, entre autres, que certains mots ont bien été galvaudés !

BIODEGRADABLE

Les déchets d’origine animale ou végétale, appelés aussi déchets organiques se décomposent naturellement. En quelques semaines ou quelques mois, ils disparaissent sous l’action de l’eau, du soleil, de l’air mais aussi des insectes. On dit qu’ils sont « biodégradables ».
D’autres matériaux comme les métaux, les plastiques, le verre mettent beaucoup de temps à se dégrader : on les appelle des déchets inertes.

BIODIVERSITE

La biodiversité est l’ensemble du vivant, des plantes, des animaux, des organismes microscopiques et de leurs gênes mais aussi des différents paysages naturels. La biodiversité est souvent représentée

par la diversité des espèces. Assez simple à mesurer, celle-ci correspond à la liste des espèces peuplant un espace donné. L’homme, espèce parmi les autres, fait partie de la biodiversité.

BIOSPHERE

La biosphère désigne la mince bande d’atmosphère et de sol qui entoure et constitue notre planète ainsi que toute la vie qui y prolifère. Cette bande va des basses couches de l’atmosphère (au-dessus, les rayons solaires et l’absence d’oxygène rendent la vie impossible) jusqu’au sous-sol de la Terre (au-dessous, roches et lave empêchent la vie de se développer). Quand on parle de biosphère, on évoque ainsi l’air, la terre, les eaux, les animaux, les végétaux, les micro-organismes et l’Homme.

BIOTECHNOLOGIES

Le savoir-faire de la production industrielle des micro-organismes permet d’avoir des traitements pour certaines pollutions des sols dues à des métaux toxiques comme le plutonium ou de cadmium, ou des substances organiques comme les phénols. On sait sélectionner ces bactéries qui se nourrissent de produits toxiques et ainsi les font disparaître.

CHLOROPHYLLE

La chlorophylle est un pigment qui donne la couleur verte aux plantes et qui capte l’énergie du soleil pour transformer en sucres (amidons notamment) le gaz carbonique de l’air absorbé par les feuilles et l’eau absorbée par les racines. Cette réaction chimique, la photosynthèse, libère aussi de l’oxygène qui est rejeté dans l’atmosphère.

COMPOST

Le compost est un engrais naturel facile à fabriquer : il suffit d’entasser en alternance les déchets organiques comme ceux du jardin (herbe coupée, brindilles, feuilles) et ceux de la cuisine (épluchures de fruits et légumes, restes de repas…). L’air, l’eau, le soleil et les bactéries (champignons microscopiques, vers, insectes…) décomposent les déchets. Six mois plus tard, le compost peut être déposé au pied des arbres, des fleurs, des légumes et ainsi apporter à ces plantes des éléments nutritifs.

DEVELOPPEMENT DURABLE

Pendant longtemps, les hommes ont géré la planète sans prêter attention à son fragile équilibre. Désormais, une prise de conscience est en cours pour tendre vers « un développement qui réponde aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs » (Rapport Bruntland, 1987).

Le développement durable est la traduction de l’expression anglaise « sustainable development », qui a été formulée la première fois à l’occasion du Sommet de la Terre, à Rio, en 1992. Le développement durable associe obligatoirement la bonne gestion économique, le progrès social et la préservation de l’environnement. La combinaison de ces trois piliers s’appuie sur une nouvelle gouvernance et repose sur six principes fondamentaux :

  • principe de précaution
  • principe de prévention
  • principe d’économie
  • principe de responsabilité
  • principe de participation
  • principe de solidarité.

Le développement durable est également synonyme d’une meilleure répartition des richesses afin de fournir nourriture, eau potable, électricité à tous les hommes.

VERT

ECOLOGIE

L’écologie est la science qui étudie les relations entre les êtres vivants (êtres humains, plantes, animaux) et le milieu où ils vivent. Faire de l’écologie, c’est donc essayer de comprendre comment fonctionnent la nature et ses cycles (eau, chaîne alimentaire, etc), quelle est l’influence du sol et du climat, comment les êtres vivants dépendent les uns des autres, comment ils modifient leur milieu, mais aussi comment le milieu agit sur eux. Le but est de gérer correctement les écosystèmes et de veiller à leur équilibre.

ECOSYSTEME

Un écosystème est un ensemble constitué par un milieu naturel ou artificiel (un étang, une prairie, un jardin, une forêt, un champ de maïs…) et les organismes vivants qui y habitent. Mais une souche d’arbre en décomposition est également, à elle seule, un écosystème, car elle abrite des végétaux et des animaux que l’on ne trouve pas dans le reste du pré. Ainsi, un écosystème peut être emboité dans un autre et avoir une durée de vie différente : la souche finira par disparaître mais le pré existera pendant longtemps.

ENDEMIQUE

Une espèce végétale ou animale est dite endémique lorsqu’elle ne vit qu’à un seul endroit de la planète.

ENVIRONNEMENT

L’environnement, c’est la milieu dans lequel l’Homme vit : il est constitué d’éléments naturels (la nature, l’air, l’eau, les plantes, les animaux, les paysages…) et artificiels (les villes, les bâtiments, les routes, les ponts…). L’environnement comprend aussi les relations entre les hommes et les différents milieux de notre planète. Enfin, l’environnement prend en compte les facteurs sociaux susceptibles d’avoir un effet sur les êtres vivants et sur l’activité humaine. L’environnement est donc une notion plus large que l’écologie, consacrée aux relations entre tous les êtres vivants et leur milieu.

INSECTES

Abeilles, bourdons, chenilles, fourmis, mouches, papillons, scarabées…sont, de loin, les animaux les plus nombreux sur Terre. Les insectes ont un rôle écologique fondamental : dans la forêt ils transforment les déchets organiques en éléments assimilables par d’autres êtres vivants. Ils participent aussi à le reproduction de très nombreuses plantes à fleurs en transmettant le pollen de fleur en fleur. La disparition des insectes aurait d’énormes conséquences sur le monde végétal et entraînerait l’appauvrissement de l’ensemble des espèces.

INSECTE

INSECTICIDES

Les insecticides ont été inventés pour lutter contre les insectes ravageurs qui détruisent jusqu’à 40% des récoltes lors du stockage dans les greniers et les silos. Comme la plupart des pesticides, les insecticides sont difficilement biodégradables. Maintenant, on tente de favoriser la lutte biologique qui consiste à utiliser certains prédateurs naturels des insectes ravageurs. C’est ainsi que les coccinelles sont spécialement élevées, puis lâchées dans les plantations, car elles se nourrissent de pucerons.

JARDIN

Le jardin est à la fois un lieu où sont produits fleurs et légumes, un endroit où il fait bon se promener, un logis pour les insectes, une escale ou un abri pour les oiseaux ; mais bon nombre de jardiniers, sans s’en rendre compte, intoxiquent leur jardin et la nature environnante avec de trop fortes doses de désherbants, engrais, insecticides, raticides, taupicides, anti-limaces…

Quelques conseils aux jardiniers :

  • contre le insectes et les herbes indésirables ; une poignée d’orties qui macère dans un peu d’eau lutte contre les pucerons ; les cendres de bois protègent des limaces.
  • désherber à la main chaque fois que c’est possible.
  • favoriser la biodiversité : pensez à mettre des nichoirs, abris à hérisson…
  • plantez des haies favorables aux insectes et à la microfaune du sol.

NAPPE PHREATIQUE

Les nappes phréatiques sont des réserves d’eau situées dans le sous-sol de la Terre. Elles fournissent une part importante de notre eau potable. Elles sont souvent en relation avec les fleuves et les rivières qui les alimentent. En cas de sécheresse, leur niveau diminue et il devient difficile de pomper de l’eau pour l’agriculture ou l’alimentation en eau à boire. Leur qualité est aussi un indicateur de santé de l’environnement.

NIMBY

« Not In My Back Yard » (pas dans mon jardin) : cette expression est utilisée lorsque les habitants d’une ville ou d’une région refusent qu’une installation, comme un centre de déchets, une usine d’incinération, soit construite près de chez eux. Bien que tout le monde s’accorde sur les bienfaits du recyclage des déchets, tout le monde préfère que cela se passe chez les autres ! Nimby exprime donc la contradiction de ceux qui veulent préserver l’environnement, mais n’acceptent pas d’en subir les conséquences.

PESTICIDES

Les pesticides sont des produits chimiques utilisés par les agriculteurs et les jardiniers pour éliminer des cultures les mauvaises herbes, les champignons, les pucerons et autres parasites. On estime que 10% seulement des pesticides atteignent les herbes ou insectes visés ; 90% partent dans les sols, les eaux de ruissellement, les nappes phréatiques, jusqu’à la mer et l’océan.

Avec 100 000 tonnes de pesticides utilisés chaque année, la France est le deuxième consommateur mondial après les Etats-Unis. Dans le monde, 3 millions de personnes seraient intoxiquées chaque année avec des pesticides.

FLEURS

PLANTES

  • La France compte :
  • 6067 espèces de plantes
  • 4900 espèces indigènes, qui vivent naturellement en France, sans avoir été importées.
  • 750 espèces endémiques.
  • 486 espèces très menacées.
  • 1350 espèces à surveiller.

PHYTOSANITAIRE

Qui concerne les soins donnés aux végétaux.